De YOLANDE à CAROLINE

Accueil du site > Abandon & Construction > Derniers bilans

Derniers bilans

jeudi 27 novembre 2008, par Yolande BERTOUY


Le Dimanche 11 mars 2007 j’écrivais :

Petit anniversaire

Nous sommes le 11 mars 2007...

Il y a 2 ans jour pour jour je recevais le mail de mon oncle "naturel" qui a changé une partie de ma vie !

En y repensant je revis la même émotion que ce jour là...

Je considère cette date comme un petit anniversaire car elle a été une véritable 2 ème naissance...

Depuis plusieurs mois maintenant je n’ai plus de contact avec ma famille d’origine, mais ma vie va bien, j’écrirais plus tard et plus longuement tout ce qui c’est passé d’important dans cette année, mais je voulais juste aujourd’hui marquer cette date si déterminante de ma sérénité actuelle !!!

Le Jeudi 24 mai 2007 j’écrivais :

... Une Maman ???

Comment peut-on faire le deuil d’une maman..............

Avant toute chose je voudrais dire et redire que les recherches que j’ai faite étaient indispensables, et que si c’était à refaire je le referais tout de suite (et même plus tôt !!!). Ce que je veux expliquer c’est que ce n’est pas parceque le deuil d’une maman est très difficile à faire, qu’il ne faut pas faire les démarches de recherche de ses origines. Car cela ne retire rien au sentiment agréable (voire vital) de savoir que l’on n’est pas né dans un choux ou une rose ;o) et le vide qui a été comblé par toutes ces infos collectées reste comblé à jamais, et.... CE QUE C’EST BON !!!!

Aujourd’hui je voudrais expliquer mon impossibilité (j’espère temporaire...) à me construire une maman imaginaire idéale.

Plusieurs personnes m’ont dit que puisque dans ma vie je n’avais jamais eut de "vraie" maman il fallait que j’en imagine une qui soit celle dont je rêverai...

Comment fait-on ???? Quand le seul modèle que je connaisse était un être froid autoritaire et violent ????? La vraie question est : Qu’est-ce qu’est une maman digne de ce nom ???

Aujourd’hui j’ai 2 enfants et je tente d’être la maman la meilleure qu’il soit pour eux en faisant attention de ne surtout pas reproduire ce que j’ai subit (pour cela j’ai travaillé avec plusieurs psy pendant 7 ans) et je crois que je m’en sort plutôt pas mal, mais il m’est impossible d’envisager que la maman que je suis pour mes enfants puisse être celle que j’aurais aimé avoir (comme si cela m’était interdit)

Actuellement je constate que ma vie d’enfant c’est construite sur un immence vide affectif, et j’ai toujours le sentiment que je ne pourrais pas le combler, car c’est du passé et on ne peut pas le refaire. Un morceau de moi semble avoir été définitivement détruit par cette mère adoptive qui n’a finalement jamais été une vraie mère !

Quand j’ai découvert à l’issu de mes recherches que ma mère biologique ne serait jamais non plus la mère qui m’a manqué, la déception a été grande, très grande, mais comme je l’ai dit dans un autre article ma quête s’arrêtait enfin, mais mes espoirs aussi.

Il est plus facile de chercher et d’espérer que de savoir que l’on ne trouvera jamais... D’un côté on ne trouve jamais la paix, mais on n’est non plus jamais confronté à la réalité !!!! De l’autre on sait a quoi s’en tenir, mais la vérité fait mal et est difficile à gérer seule (pour l’instant personne, professionnel ou non, n’a pu m’aider...). Mais comme dit plus haut je ne regrette rien, j’aime la vérité car même si elle fait mal, elle ne ronge pas à l’intérieur, et ne fait pas de dégâts invisibles et irréparables comme le non-dit !!!

Cela dit je ne sais pas comment faire pour oter de mon coeur cette douleur du vide d’amour maternel que je n’ai jamais reçu... Heureusement grâce à mes enfants j’ai rempli une partie de mon coeur avec l’amour maternel que je transmet !!! Mais ce trou qui reste encore est béant et douloureux, et si quelqu’un peut m’aider à trouver un moyen de le combler.... Je suis preneuse !

Et enfin le Lundi 28 janvier 2008 j’écrivais :

Vivre sans maman !

Seulement, seulement.... seulement une maman !

Voilà le rève que j’ai fait pendant de nombreuses années, maintenant c’est une chanson que mes enfants chantent, et qui me fait monter les larmes aux yeux chaque fois que je l’entends !

Il y a peu j’ai compris que jamais je n’avais eut ni n’aurais de maman et donc je ne pouvais pas faire le deuil de rien... Je ne peux qu’être une maman pour mes enfants, et tourner la page de cet espoir que sait maintenant impossible !

Encore une fois je ne regrette rien aux démarches de recherche que j’ai faites, au contraire, ce sont elles qui m’ont permises de finir ma recontruction, et c’est impossible pour ceux qui ne sont pas passé par là d’imaginer ce que cela peut être bon de ne pas être né dans une rose, ou de ne pas avoir été déposé par une cigogne !!!!!!!!!!! Je suis enfin une personne à part entière, avec une vraie histoire (quelle qu’elle soit !)

Pour tenter de compenser un peu j’essaie, quand mes enfants le demandent, de les serrer dans mes bras, autant que j’aurais aimé que l’on me le fasse, tout en faisant attention de ne pas leur transmettre trop mon manque, et pour cela je leur ai expliqué avec des mots d’enfants ce que j’avais vécu. De cette façon ils savent me dire quand je leur casse les pieds, et comprennent parfois quand je suis triste, et je crois que mon équilibre d’aujourd’hui est là avec eux, dans notre relation saine, sans mensonges, sans non-dits, sans tabous....

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Derniers bilans

    24 janvier 2009 19:25, par mounia
    Bonjour , j’ai vécu un peu comme vous la même histoire , sans maman et à jamais , j’ai 25 ans et je suis une fille adoptive , ma mère d’emprunt est autoritaire et froide , je n’ai pas aussi de souvenirs jusqu’à l’âge de 18 ans , l’âge où en passant à côté d’une porte j’ai découvert mon secret , j’étais très soulagée de savoir que ses gens là n’étaient pas mes parents et que je ne leur ressemblait pas , mais moi j’ai étais adoptée après 3 jours et je ne connais rien de ma famille d’origine puisque ça c’est passé au Maroc et donc je ne pourrai jamais remonter les sources , c’est pour moi un supplice que de savoir que jamais je ne saris l’enfants d’une maman , qu’à vie je porterai cette blessures que d’autres personne l’on infligée , aujourd’hui j’essaye d’être cette maman pour moi , j’essaye de combler le vide d’affection et d’amour , de parler avec la petite fille qui est en moi , de lui expliquer que je suis là pour la protéger , c’est une histoire qui sera présente malgré moi toute ma vie à devoir réparer le mal que m’a fait les autres , je n’ai pas trouvé en moi ce pardon je n’ai pas de pitié même en l’imaginant prostituée ou violée je lui en voudrai toujours , car on ne peut faire porter à un enfants sans défense le poids de ses propres fautes et merci

    Répondre à ce message

    • Derniers bilans 13 avril 2009 11:28, par Yolande BERTOUY

      Bonjour Mounia,

      Merci de votre message et pardon pour la réponse tardive...

      Avez-vous contacté des associations en France qui s’occupent des pays étrangers, car il y a peut être moyen de vous aider de cette manière...

      Merci de votre témoignage !

      Bon courage pour votre vie

      Y.B.

      Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette